ÉDITO

Quel bonheur de couronner un livre à l'issue d'échanges libres, sincères, passionnés et joyeux ! Le septième prix Jules Rimet était, il est vrai, à la fête avec cinq romans de qualité et des membres du jury venant d'univers très différents mais grands lecteurs. Chacun à cette table dit ce qu'il pense et sait qu'il sera écouté et respecté. Un miracle littéraire qui consacre cette année Jean Hatzfeld pour « Deux mètres dix » paru aux éditions Gallimard. Une large majorité s'est dégagée en sa faveur dès le premier tour sans que, pour autant, soient disqualifiés les autres auteurs. Recevant le Prix, Jean Hatzfeld en faisait lui-même la confidence : il avait déjà lu deux des quatre autres romans en compétition et se demandait lui-même comment il pourrait l'emporter face à eux tant il les avait appréciés. Bel hommage de la part d'un écrivain souvent couronné qui, dans ce dernier livre, tisse un lien émouvant et prenant entre le passé et le présent de quatre athlètes rivaux, deux haltérophiles et deux sauteuses en hauteur, stars des années 80, chahutés par les vents de la vie et de l'histoire. Ce voyage à travers le temps est aussi une magnifique exploration de ces deux sports, une initiation intime, précise et poétique aux secrets de leurs exploits, à la fois plongée dans les âmes et les corps de ces championnes et champions. On s'envole avec ces sauteuses en hauteur et on s'arrache avec ces haltérophiles grâce à la plume fluide et belle de Jean Hatzfeld. Un grand livre dont on ressort à la fois instruit et ému, marqué pour longtemps par le destin de ces athlètes que Jean Hatzfeld fait entrer dans la mythologie du sport.


Denis Jeambar,
Président du jury
Voir le cp 2018
Lire le mot de Jean Hatzfeld

Actualités